Comment j’ai mangé § mon estomac

IL ÉTAIT UNE FOIS un écrivain atteint d’un cancer de l’estomac. Il en pond un roman court, elliptique dans les moments de douleur, parsemé d’humour en pépites, dégagé du pathétique et sachant restreindre ses envolées lyrico-épiques au largement supportable.

« Mon âme sans doute était dans mon estomac, mais mon esprit résidait dans ma moustache. », p.45

Reste le vide. Un vide exprès peut-être, après tout c’est le sujet, un estomac qui se dévore lui-même ne peut mener qu’au néant. Pour ne pas s’apitoyer, être trop sombre, rester en surface. Mais il y a des gens (Dustan, Genêt…) qui écrivent les pires horreurs sans pitié ni noirceur, mais dont l’écriture ressemble à la surface fine d’un lac gelé : à chaque pas, à chaque mot, l’immersion dans les profondeurs glacées menace. Pas chez Bertrand. Le côté superficiel ne rend pas plus redoutable mais plus fade. La modestie n’est parfois que le nom de la médiocrité.

Peut-être est-ce la faute au côté trop éminemment germanopratin, qui enferme le narrateur dans son cliché – peut-être réel : il y a des gens qui vivent dans des clichés. La pluie salvatrice dans la retraite thaïlandaise à la fin de l’ouvrage fait grincer des dents, dans le genre. L’auteur cite beaucoup Villon, Hugo, Baudelaire, semble oublier Montaigne. Il écrit « substantifique moelle » mais ne pratique guère le concept de digestion des références et des citations, qui semblent émaillées là comme des bijoux inutiles et snobs. Mais il ne peut plus digérer ! Au temps pour moi.

Il ne peut plus digérer, cet homme-estomac qui transvase dans l’ulcère la mélancolie de la rate, c’est sûrement pour ça qu’il reste en surface des choses. Une autofiction facile à avaler mais qui n’offre prise à aucune rumination. Reste la louable intention de la légèreté. On l’aurait aimé un poil plus insoutenable.

Jacques A. Bertrand, Comment j’ai mangé mon estomac, Julliard, 2014.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

w

Connecting to %s