[Motifs] Édité et déité : pour un d décalé

Avenue des Gobelins, Eugène Atget

Déité : de deitas, latin, issu de deus, dieu. Caractère de ce qui est divin. Divin : propre à la divinité. Déité par extension signifie aussi divinité.

« Édité » est le participe passé du verbe « éditer », du latin « edere » qui signifie mettre au jour, produire (Trésor) ou sortir, mettre dehors (Littré : « e » + « dere » qui vient de « darer » qui signifie « donner »).

Edere selon le dictionnaire Olivetti signifie « mettre dehors » (mais aussi « manger »).

On voit le lien entre mettre dehors et mettre au jour (sortir, révéler) mais c’est moins évident pour « produire ». Mettre au jour c’est donner vie à quelque chose qui existe déjà, éditer c’est donc effectivement publier (« publier » signifie « faire connaître au public »).

Dans l’usage moderne, éditer et publier sont deux choses différentes, souvent confondues, d’autant plus que le mot « éditeur » entretient l’ambigüité car il désigne à la fois celui qui édite et celui qui publie. Un détour par l’anglais permet de distinguer rapidement les deux : « editor » met au point le texte, « publisher » le révèle au public. L’éditeur est correcteur, le « publieur » est commerçant. Libraire ? Libraire est un mot qui mérite son propre article.

Mais revenons à « déité ». Quelle est la caractéristique de la divinité, par rapport à l’immanence ? La transcendantalité (monter en allant au-delà en latin). Et la création ex nihilo. La Création. De creare, verbe creo : 1) créer, engendrer, 2) procréer, faire un enfant, 3) produire, provoquer, causer de la haine, 4) constituer, instituer un collège de magistrats, 5) (d’une charge publique) nommer, élire, choisir. (Olivetti)

Procréer, faire un enfant, c’est le mettre au monde. Est-ce différent que de le mettre au jour ? Ce qui est invisible et inconnu du monde existe-t-il ? L’éditeur créé-t-il en révélant ? En donnant à voir et à  savoir ? Quand un arbre tombe et que personne ne l’entend, etc. ?

Voilà comment on philosophe à partir d’une faute de frappe.

avenue_des_gobelins_by_eugene_atget
(Quand on cherche « poisson écrivain » dans Google Images (réutilisation autorisée), on tombe sur cette photo d’Eugène Atget qui illustre la page Wikipédia consacrée à Mac Orlan. Ça c’est de la belle sérendipité.)

Note : « écrivain » vient de scriba, copiste, celui qui écrit (scribere), tandis que « auteur » signifie « responsable de, instigateur de, qui est à l’origine de, principe, origine, source ». Auteur de toutes choses : Dieu. D’après le Littré, le mot vient de auctorem, de augere, accroître ; radical sanscrit, ôjas, force.

Note de la note : « écrivain » est aussi le nom d’un poisson et celui d’un insecte nuisible.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s